Auteur : dimitri

Choc des smartphones à 399 euros proposés par Free : Xiaomi Mi 10 Lite ou Oppo Find X2 Lite, lequel choisir ?

La boutique Free Mobile propose actuellement deux smartphones à 399 euros. Lequel se présente comme le meilleur choix en fonction de vos besoins ?

Avec le choc des smartphones, Univers Freebox vous propose un comparatif des smartphones vendus à tarifs équivalents via la boutique de Free Mobile. Il s’agit de vous aider à choisir en fonction de vos attentes. 

Aujourd’hui, nous mettons face-à-face les Xiaomi Mite 10 Lite et Oppo Find X2 Lite, tous les deux proposés à 399 euros et compatibles avec la B28 (4G 700 MHz) chère à l’opérateur de Xavier Niel.

L’écran : (très) léger avantage pour Xiaomi

Dalle AMOLED, définition Full HD+ et encoche goutte d’eau, les Xiaomi Mite 10 Lite et Oppo Find X2 Lite sont coude-à-coude. Le premier offre une diagonale à peine plus grande de 6,57 pouces, contre 6,4 pouces pour le second.

Notre classement :

  1. Xiaomi Mite 10 Lite (6,57 pouces, FHD+, AMOLED et encoche goutte d’eau)
  2. Oppo Find X2 Lite (6,4 pouces, FHD+, AMOLED et encoche goutte d’eau)

Performances en multimédia : avantage pour Oppo

Les deux smartphones prennent appui sur la plate-forme Snapdragon 765G de Qualcomm, synonyme d’un processeur octa-core jusqu’à 2,4 GHz et d’une compatibilité 5G grâce au modem X52 intégré. Le modèle Oppo embarque toutefois un peu de mémoire, à savoir 8 Go, contre 6 Go chez Xiaomi, ce qui s’annonce un avantage en multitâche.

Notre classement :

  1. Oppo Find X2 Lite (Snapdragon 765G, 8 Go de RAM)
  2. Xiaomi Mite 10 Lite (Snapdragon 765G, 6 Go de RAM)

La photo : avantage pour Oppo

Là encore, les deux smartphones jouent dans la même cour, embarquant tous les deux un quadruple capteur photo 48 + 8 + 2 + 2 Mégapixels, avec un module principal de 48 Mégapixels et un module 8 Mégapixels pour l’ultra grand-angle. L’Oppo se montre toutefois mieux loti avec un capteur photo frontal 32 Mégapixels, quand le modèle Xiaomi propose un module 16 Mégapixels pour les selfies.

Notre classement :

  1. Oppo Find X2 Lite (48/8/2/5 Mégapixels à l’arrière, 32 Mégapixels à l’avant)
  2. Xiaomi Mite 10 Lite (48/8/2/5 Mégapixels à l’arrière, 16 Mégapixels à l’avant)

L’autonomie et la charge : Oppo Find X2 Lite

Les deux smartphones embarquent une batterie qui laisse envisager plus d’une journée d’autonomie. Le modèle Oppo se démarque grâce à sa charge 30 Watts, quand le modèle Xiaomi se contente d’une charge en 20 Watts.

Notre classement :

  1. Oppo Find X2 Lite (48/8/2/5 Mégapixels à l’arrière, 32 Mégapixels à l’avant)
  2. Xiaomi Mite 10 Lite (48/8/2/5 Mégapixels à l’arrière, 16 Mégapixels à l’avant)

L’interface : une affaire de goût (on a d’ailleurs notre préférence)

Dernier aspect, et non des moins importants : la partie logicielle. Indéniablement, les interfaces MIUI et ColorOS proposées respectivement par Xiaomi et Oppo sont très complètes en termes de fonctionnalités. Durant nos propres tests, nous avons toutefois préféré l’interface MIUI de Xiaomi, mieux organisée à nos yeux que l’interface ColorOS d’Oppo.


Le choix d’Univers Freebox


Si nous devions choisir entre le Xiaomi Mi 10 Lite et l’Oppo Find X2 Lite, (dont vous pouvez retrouver les tests complets en cliquant sur les liens), nous irions vers le second. Les deux smartphones s’avèrent tout aussi intéressants en termes d’expérience et de caractéristiques, mais le modèle Oppo va un peu plus loin sur le chapitre de la photo et de la charge rapide, deux aspects non négligeables en termes d’expérience utilisateur.


Classés sous les catégories : Non classé

La 5G, “c’est un drame”, dénoncent des habitants face à l’arrivée de Free dans leur commune

La 4G, c’est non. La 5G, encore moins. Face à l’arrivée d’antennes-relais, des habitants dénoncent la dangerosité de la technologie. Ils demandent aussi à ce que leur cadre de vie soit respecté.

Une classique opposition face à l’implantation d’un pylône de téléphonie mobile, à Boquého, commune de 1 078 habitants dans le département des Côtes-d’Armor. Devant prendre place sur le parking du cimetière, l’installation de 36 mètres de haut aura pour but d’améliorer la couverture 4G de Free et Orange dans une zone faiblement couverte. Il est aussi question de 5G.

Des farouches opposants qui craignent la 5G

Particulièrement remontés et inquiets concernant l’exposition aux ondes, les opposants n’y vont d’ailleurs pas par quatre chemins en parlant de la présence des antennes. “Déjà, la 4G fait mal, mais la 5G, je ne sais pas si vous imaginez, c’est un drame. On s’est tous renseignés sur la 5G, c’est dangereux”, souligne l’un d’entre eux.

Effectivement, le dossier présenté par Free indique “Free Mobile projette l’installation d’une antenne relais contribuant à la couverture de votre commune en 3G, 4G et prochainement 5G”. Or, on connait le contexte tendu autour de la 5G ces derniers temps. “Je reste persuadé que sanitairement c’est une catastrophe”, alerte un autre habitant.

Les opposants disent vouloir préserver le cadre de vie qu’ils sont venus chercher en s’installant à la campagne. “J’habite à Boquého depuis un an. On n’est pas venus ici en espérant capter aussi bien que dans le centre-ville de Saint-Brieuc. Si je suis venue habiter à la campagne, c’est pas pour avoir la 5G, c’est pas pour avoir Internet plein pot à la maison. C’est pour être tranquille, pour me libérer de toutes ces conneries”, s’emporte une habitante. Et d’ajouter : “Ma gamine est à l’école, une école formidable. Je ne comprends pas qu’on puisse installer un truc aussi pourri à une distance aussi courte”.

Les riverains réfractaires réclament ainsi la délocalisation du pylône. “Est-ce qu’on ne peut pas modifier l’emplacement ? Est-ce que le réseau électrique sera suffisant ? L’école, juste à côté (NDRL à 500 mètres), ça ne vous inquiète pas ?”, voilà le type de questions adressées aux élus qui justifient la nécessité d’améliorer la mauvaise couverture de la zone.

Mais pas que…

D’autres habitants sont pragmatiques. “Tout le monde a un portable, tous les enfants veulent un portable. On ne peut pas aller outre. Aujourd’hui, on ne capte rien. Faut être dans l’air du temps”, souligne une habitante. 

Source : Ouest France

Classés sous les catégories : Non classé

La 4G de Free est arrivée, malgré la vive opposition de riverains

Ils n’en voulaient pas, mais il est quand même là. Les opposants n’auront en effet pas eu raison d’un pylône devant supporter trois antennes Free.

Les levées de boucliers face à l’arrivée d’antennes-relais de téléphonie mobile sont monnaie courante. À Oudezeele et Steenvoorde, communes du nord de la France séparées de quelques kiomètres, des riverains regroupés au sein d’un collectif Marabout Vert s’opposaient depuis un an à l’implantation d’un pylône TDF devant servir à la 4G Free. Il s’agissait d’améliorer la couverture de l’opérateur de Xavier Niel et de mettre fin à une zone blanche.

Malgré l’opposition de riverains, qui y sont allés de pétitions, manifestations et recours, l’implantation du pylône a bien eu lieu courant août. Selon les opposants, qui se disent déçus et se retrouvent désormais face à pylône de 40 mètres, tout est allé très vite, puisque les travaux auront duré moins d’une journée. Côté griefs, les habitants reprochaient assez classiquement l’exposition aux ondes, l’atteinte à l’esthétique du paysage et les répercussions sur la valeur des biens immobiliers. “Aujourd’hui, il est plus facile d’installer une antenne Free qu’un abri de jardin”, pestait même l’un des opposants.

Source : La Voix du Nord

Classés sous les catégories : Non classé

Phishing : les escrocs continuent de prendre les abonnés Free pour des ânes

Malheureusement pour l’escroc, mais heureusement pour les Freenautes, l’arnaque est mal ficelée. En clair, il n’y a aucun cadeau à gagner dans cette histoire.

Bien essayé, mais non. Encore un piège dans lequel ne doivent pas tomber les abonnés Free. L’e-mail commence (assez mal) avec un “Vous Avez Gagnée” comme sujet, pour ensuite vous dire que vous avez peut-être gagné quelque chose et enfin vous proposer 10 % pour tout achat sur l’ensemble la boutique. Entre la belle faute dans le sujet et le manque de cohérence dans le message, ça part déjà mal niveau crédibilité.

Un coup d’oeil à l’adresse d’expédition ne montre aucun lien avec Free. Le message ne contient qu’une simple image cliquable, dont le lien à rallonge n’a d’ailleurs rien à voir avec l’opérateur de Xavier Niel. Autant d’indices allant dans le sens d’un phishing à signaler et envoyer illico presto à la corbeille. Au moins peut-on accorder à l’escroc d’avoir fait un petit effort pour les visuels, contrairement à d’autres

Soyez vigilants et pensez à signaler toute arnaque

Parmi les réflexes pour éviter de se faire avoir : vérifier l’adresse d’expédition, l’adresse des liens, la cohérence du message et les fautes plus ou moins nombreuses. On peut également utiliser le texte du message pour voir s’il n’a pas déjà été utilisé dans du phishing signalé.

Pensez enfin à nous indiquer, par e-mail ou via Twitter, les nouveaux cas de phishing ciblant les abonnés Free que vous pourriez recevoir par e-mail ou par SMS.

Classés sous les catégories : Non classé

Smartphones disponibles chez Free Mobile : lequel choisir si vous avez un budget de 200 euros ?

Régulièrement, Univers Freebox vous propose des comparatifs avec les smartphones disponibles dans la boutique Free. Vous avez 200 euros ou moins en poche et comptez changer prochainement de smartphone ? Voici nos suggestions !

 

Si vous avez 200 euros en poche : le Xiaomi Redmi Note 9S à 199 euros

Nous aurions pu vous conseiller l’excellent Redmi Note 9, dont nous vous avons proposé le test complet et qui fait partie de nos préférés sur son segment tarifaire. Sauf que le Redmi Note 9S est arrivé entre temps au même prix de 199 euros, tout en apportant quelques petites améliorations au niveau du chipset et de la partie photo, mais également l’écran un poil plus grand. Chipset Snapdragon 720G, écran 6,67 pouces Full HD+, mini-jack, stockage extensible, photo 48 Mégapixels au dos et 16 Mégapixels à l’avant, batterie 5 020 mAh et charge en 18 Watts (avec chargeur 22,5 Watts fourni). Si vous avez les 200 euros en poche, il se présente comme un excellent choix, et encore plus si vous aimez l’interface MIUI du constructeur chinois.


 

Entre 100 et 150 euros : le Xiaomi Redmi 9 à 149 euros ou l’Alcatel 3L 2020 à 139 euros

Le Xiaomi Redmi 9 se présente comme un smartphone intéressant puisqu’on a un écran Full HD+, une batterie 5 020 mAh annonciatrice d’une belle autonomie (2 jours, voire plus, selon les usages), un support de la charge 18 Watts (mais un chargeur 10 Watts fourni) et un quadruple capteur photo 13 + 8 + 5 + 2 Mégapixels qui promet de la polyvalence en photo. Compatible B28, le smartphone profite d’ailleurs d’une petite réduction de 10 euros en ce moment qui fait passer son prix de 159 à 149 euros.

L’Alcatel 3L 2020 est l’une des nos bonnes surprises sur les petits prix lors de nos récents tests. À défaut d’un effort sur le design, vieillot on peut le dire, aucune grosse frustration à l’usage. On a la possibilité de faire tourner des jeux récents grâce au duo chipset Helio P22 + mémoire vive 4 Go, une bonne polyvalence en photo avec le triple capteur 48 + 5 + 2 Mégapixels à l’arrière, des solutions de déverrouillage efficaces et une autonomie atteignant sans problème les 2 jours grâce à la batterie 4 000 mAh. Le smartphone est compatible avec la B28.

Le test complet de l’Alcatel 3L 2020


 

Vous avez 100 euros, mais pas plus : l’Alcatel 1S 2020 à 99 euros

Les budgets les plus serrés désirant passer par Free n’ont pas vraiment le choix avec l’Alcatel 1S 2020 comme unique smartphone à moins de 100 dans la boutique de l’opérateur. Ce choix par défaut permet malgré tout une expérience convenable. Rien d’exceptionnel, que ce soit visuellement ou à l’usage, mais on peut en effet s’amuser un peu en photo et jouer à des titres à la mode comme Call of Duty Mobile (avec des graphismes au minimum). Avec la batterie 4 000 mAh, la journée sera une formalité et les 2 jours d’autonomie envisageables. La lecture d’empreinte digitale et la reconnaissance faciale fonctionnent très bien, tandis que le support de la 4G 700 MHz (B28) de la partie.

Le test complet de l’Alcatel 1S 2020


 

Classés sous les catégories : Non classé

C’est parti pour la vente privée Free Mobile avec un smartphone offert

Comme prévu, Free vient de dégainer sa nouvelle vente privée sur Veepee. Il s’agit de son forfait 100 Go avec le smartphone Xiaomi Redmi Note 9S offert.

Dans le détail, ce forfait Free Veepee est accessible jusqu’au 16 septembre prochain à 6h00 au tarif habituel, soit 19,99 euros par mois ou 15,99 euros par mois pour les abonnés Freebox. Il s’accompagne du très séduisant Xiaomi Redmi Note 9S 64 Go gris d’un valeur offert, un smartphone d’une valeur de 199 euros embarquant notamment un chipset Snapdragon 720G, un écran 6,67 pouces Full HD+, un capteur photo 48 Mégapixels et une batterie 5 020 mAh. L’engagement est de 24 mois et le coûte carte SIM est facturée 10 euros.

L’offre est valable pour une nouvelle souscription exclusivement via le site veepee.fr, réservée aux membres Veepee, à l’exclusion des membres ayant déjà bénéficié d’une offre promotionnelle mobile Free sur Veepee au cours des 13 derniers mois et ayant résilié leur ligne mobile Free dans les 30 jours qui précèdent cette souscription, limitée à une offre par personne. Maximum deux offres par foyer (même nom, même adresse). La portabilité entrante du numéro après la souscription n’est pas accessible dans le cadre de cette offre promotionnelle.

    Détails du forfait

    En France métropolitaine :
    • 100 Go d’internet en 4G/4G+ et 3G, avec mobile 4G/4G+ (débit réduit au-delà)
    • Appels illimités vers les mobiles et fixes de France métropolitaine, vers les mobiles États-Unis, Canada, Alaska, Hawaï, Chine (hors Taïwan, Hong Kong, Macao) et DOM et vers les fixes de 100 destinations
    • SMS illimités vers la France métropolitaine et les DOM
    • MMS illimités vers la France métropolitaine
    • Free Wi-Fi illimité  

    Depuis l’étranger et DOM :
    • Appels, SMS, MMS illimités depuis Europe et DOM  vers les fixes et mobiles d’Europe, des DOM et de France métropolitaine et depuis les États-Unis, Canada, Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande et Israël vers les fixes et mobiles du même pays et de France métropolitaine.
    • Internet 25 Go/mois depuis Europe, DOM, Suisse, Guernesey, Jersey, Ile de Man, États-Unis, Canada, Mexique, Brésil, Argentine, Algérie, Tunisie, Israël, Turquie, Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande, Inde, Malaisie, Thaïlande, Sri Lanka, Bangladesh, Russie, Ukraine, Serbie, Monténégro, Biélorussie, Macédoine, Arménie, Géorgie, Kazakhstan, Pakistan, Ouzbékistan et Chine (hors Taïwan, Hong Kong, Macao) (au-delà : 0,0042€/Mo depuis Europe, DOM et facturation au tarif en vigueur depuis les autres destinations).
     
    Appli Free Ligue 1 Uber Eats – Accès Premium inclus :
    Suivez en quasi-direct 100% des matchs de la Ligue 1 Uber Eats sous forme d’extraits vidéo et recevez des alertes à chaque but, moment fort et belle action. Vous profitez aussi des résumés de chaque journée et chaque match dès le coup de sifflet final, d’interviews exclusives, de productions originales tels que des web séries, documentaires ou encore podcasts.

Services inclus

    • Services mobile : messagerie vocale, messagerie vocale visuelle, présentation du numéro, double appel, suivi de consommation, rejet des appels anonymes, protection contre les renvois d’appels, abonné absent, numéros abrégés, filtrage d’appels et de SMS.
    • Réception facture par e-mail
    • Annuaire et prospection
    • Blocage consommation vers certains numéros spéciaux et les SMS+

Classés sous les catégories : Non classé

Antenne-relais : Free obtient gain de cause face à une commune récalcitrante

Dans le cadre d’un habituel blocage face à l’arrivée d’une antenne-relais de téléphonie mobile, Free s’était tourné vers la justice administrative. L’opérateur de Xavier Niel a d’ailleurs obtenu gain de cause.

Le 16 mai dernier, Ffee manifestait son intention d’installer une antenne-relais de téléphonie mobile auprès de la commune de Pornic, dans le département de la Loire-Atlantique. Dans la foulée, Jean-Michel Brard, le maire, a renvoyé l’opérateur dans les cordes en s’opposant explicitement au projet se traduisant d’ailleurs par un pylône de 36 mètres de haut. Selon lui, le plan local d’urbanisme devrait être modifié en amont, avant de donner le feu vert à “cette extension de l’urbanisation”.

Free s’était alors tourné vers le tribunal administratif de Nantes, soulignant qu’il a des impératifs et des attentes en matière de couverture du territoire. Il soulignait aussi que son installation ne demandait aucun renforcement du réseau électrique local, comme le lui avait confirmé Enedis. “De simples travaux de raccordement”, selon lui.

L’opérateur de Xavier Niel vient d’obtenir gain de cause. Le juge a en effet souligné que la commune n’avait pas présenté d’éléments probants dans ce dossier, rappelé qu’elle “n’est pas entièrement couvert(e) par les réseaux” et estimé qu’elle devait par conséquent se pencher à nouveau sur la demande de l’opérateur. “Free Mobile justifie de l’existence d’une situation d’urgence, eu égard à l’intérêt public qui s’attache à la couverture du territoire national par le réseau de téléphonie mobile et aux intérêts propres de la société qui a pris des engagements (…) au titre de cette couverture”, a-t-il été indiqué. En outre, la commune devra verser 1 000 euros à Free au titre de frais de justice.

Source : Actu.fr

Classés sous les catégories : Non classé

Choc des smartphones à 299 euros proposés par Free : lequel choisir ?

La boutique Free Mobile propose actuellement quatre smartphones à 299 euros. Lequel se présente comme le meilleur choix en fonction de vos besoins ?

Avec le choc des smartphones, Univers Freebox vous propose un comparatif des smartphones vendus à tarifs équivalents via la boutique de Free Mobile. Il s’agit de vous aider à choisir en fonction de vos attentes. 

Aujourd’hui, nous mettons face-à-face les Samung Galaxy A51, Xiaomi Redmi Note 9 Pro, Sony Xperia 10 II et Huawei Note 5T, tous les quatre proposés à 299 euros et compatible avec la B18 (4G 700 MHz) chère à l’opérateur de Xavier Niel.

L’écran : le Samsung Galaxy A51

Tous les smartphones proposent la définition Full HD+ et une diagonale d’au moins 6 pouces. Les Galaxy A51 et Xperia 10 II se démarquent avec leurs dalles AMOLED promettant de belles plus couleurs et des noirs plus profonds. Au final, notre choix se porte sur le modèle Samsung qui opte pour le poinçon, quand le Sony reste avec le bordure faisant perdre pas mal de surface d’affichage.

Notre classement :

  1. Samung Galaxy A51 (6,5 pouces, FHD+, AMOLED et poinçon)
  2. Xiaomi Redmi Note 9 Pro (6,67 pouces, FHD+, IPS et poinçon)
  3. Huawei Note 5T (6,26 pouces, FHD+, IPS et poinçon)
  4. Sony Xperia 10 II (6 pouces, FHD+, OLED et bordure)

Performances en multimédia : 

Les quatre smartphones laissent envisager une navigation fluide et du multimédia. Le modèle Sony se montre toutefois un peu en retrait avec son chipset Snapdragon 665 synonyme d’un processeur octa-core 2,0 GHz, quand les plates-formes Snapdragon 720G, Exynos 9611 et Kirin 980 apportent des processeurs octa-core cadencés à 2,3 ou 2,6 GHz.

Notre classement :

  1. Huawei Note 5T (Kirin 980)
  2. Xiaomi Redmi Note 9 Pro (Snapdragon 720G)
  3. Samung Galaxy A51 (chipset Exynos 9611)
  4. Sony Xperia 10 II (Snapdragon 665)

La photo : un modèle plus chiche que les autres

Les Xiaomi Redmi Note 9 Pro, Samung Galaxy A51 et Huawei Note 5T se montrent les trois intéressants pour la photo, offrant de la polyvalence. Le premier se démarque avec son module principal 64 Go, tandis que les deux autres promettent des selfies plus détaillés. Le modèle Sony est un plus chiche côté photo.

Notre classement :

  1. Xiaomi Redmi Note 9 Pro (64/8/5/2 Mégapixels à l’arrière, 16 Mégapixels à l’avant)
  2. Samung Galaxy A51 (48/12/5/5 Mégapixels à l’arrière, 32 Mégapixels à l’avant)
  3. Huawei Note 5T (48/16/2/2 Mégapixels, 32 Mégapixels à l’avant)
  4. Sony Xperia 10 II (12/8/8 Mégapixels à l’arrière, 8 Mégapixels à l’avant)

L’autonomie : le Xiaomi Redmi Note 9 Pro

Le Xiaomi Redmi Note 9 Pro sort clairement du lot, proposant non seulement la plus  grosse batterie, mais également la charge la plus rapide. De quoi rester 2 voire 3 jours loin du secteur et envisager une charge express en cas de besoin.

Notre classement :

  1. Xiaomi Redmi Note 9 Pro (batterie de 5 020 mAh, charge 30 Watts en filaire)
  2. Huawei Note 5T (batterie de 3 750 mAh, charge 22,5 Watts en filaire)
  3. Samung Galaxy A51 (batterie de 4 000 mAh, charge 15 Watts en filaire)
  4. Sony Xperia 10 II (batterie de 3 600 mAh, charge 18 Watts en filaire)

L’interface : une affaire de goût

Dernier aspect, et non des moins importants : la partie logicielle. Ceux qui voudront absolument l’expérience Android telle que voulue par Google préféreront le Sony. Les autres pourront envisager les Xiaomi Redmi Note 9 Pro, Samsung Galaxy A51 et Huawei Nova 5T avec les interfaces MIUI, One UI et EMUI très complètes. Chose à noter concernant le modèle Huawei, il embarque bel et bien les services Google.


Le choix d’Univers Freebox

Notre coeur balance entre deux smartphones : le Galaxy A41 avec son bel écran AMOLED et le Redmi Note 9 Pro avec son autonomie et sa charge rapide. Côté photo, ils offrent tous les deux de la polyvalence, le second se démarquant avec son module principal 64 Mégapixels.

Le Redmi Note 9 Pro donne clairement du fil à retordre à ses concurrents, en cochant pas mal de cases et se présentant comme une valeur sûre ayant peu de chances de décevoir. Toutefois, le Galaxy A51 se montre intéressant avec son écran, un atout non négligeable lors de l’achat d’un smartphone.


 

Classés sous les catégories : Non classé

Free Mobile : oui à la 4G, mais pas à côté de chez eux

L’arrivée d’antennes-relais sème la discorde dans une commune. Certains sont contre, et d’autres non. Comme souvent, c’est l’emplacement et la communication autour du projet qui posent problème aux opposants.

Énième pylône de la discorde, à Badecon-le-Pin, commune du département de l’Indre, en région Centre-Val de Loire. Mesurant 45 mètres de haut, celui-ci doit accueillir des antennes 4G, mais également servir pour la 4G et la 5G d’Orange. Côté griefs, c’est du grand classique. Les opposants soulignent un manque d’informations, une trop grande proximité avec les habitations et l’impact sur la valeur de l’immobilier aux alentours.

Il y a pourtant le choix pour l’emplacement

“Nous sommes à 100 mètres du site classé des boucles du Pin et des gorges de la Creuse, les premières habitations sont à 70 mètres de là”, notent les opposants, soulignant qu’ils ne sont “pas contre la 4G, il faut lutter contre les zones blanches, mais la commune fait 1.000 hectares, il y a d’autres endroits où l’implanter”

Est également pointée du doigt l’absence d’un permis de construire, alors que la surface au sol est de 73 m². “Le plan indique une implantation au sol de 73 m². C’est bien plus que 20 m², surface maximum pour laquelle il ne faut pas de permis”, souligne l’un des opposants. 

Un manque d’informations

Les opposants soulignent par ailleurs avoir découvert le projet, qui se traduit par un pylône de 45 mètres de haut, durant la campagne électorale. “Nous ne venons pas chaque semaine devant la mairie lire les panneaux où sont affichées les autorisations de travaux”, indiquent-ils.  Pour autant, ils notent un panneau de travaux “bien plié, pour qu’on ne puisse pas le lire”, qui ne mentionne par ailleurs pas l’emprise au sol du projet.

Des opposants, mais pas que…

Si l’installation n’est pas bien accueillie par certains, elle apparaît l’être pour d’autres. Le “non à l’antenne” tracé à la bombe sur la route bordant le terrain a été barré et accompagné d’un “oui”. Les opposants ont lancé une pétition et recueilli une centaine de signatures.

Source : La Nouvelle République

Classés sous les catégories : Non classé

Une antenne-relais Free détruite lors d’un incendie volontaire

Un pylône supportant des antennes-relais de téléphonie mobile de Free et SFR a été la victime d’un incendie volontaire.

L’incident a eu lieu dans la nuit du vendredi 4 septembre au samedi 5 septembre, vers 1h15. Le cadenas protégeant un pylône a été cassé, avant que les câbles de l’installation soient sectionnés et qu’un incendie soit déclenché à l’aide d’un pneu.

Situé le long de la ligne TGV Sud-Est, sur la commune de Pact, à côté de Grenoble, le pylône en question accueillait des antennes des opérateurs Free et SFR, mais servait aussi pour la communication de la SNCF. D’où des perturbations ayant affecté la circulation des trains, à savoir des ralentissements une partie du samedi matin. L’installation était hors d’usage, tandis que le feu s’est ensuite propagé à la végétation autour, s’étendant ainsi sur près de 1 000 m².

Si l’incident est intervenu deux heures avant l’interpellation de six individus voulant installer une ZAD, afin de s’opposer à un projet immobilier à Saint-Martin-le-Vinoux, également à côté de Grenoble, les premiers éléments d’enquête vont dans le sens de deux affaires distinctes. L’affaire a été confiée au parquet de Grenoble.

Source : Le Dauphiné

Classés sous les catégories : Non classé